Document Type

Article

Publication Date

2010

Department

Africana Studies; History

Abstract

Partant du constat que l’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer (ORSTOM) s’est impose par son travail de recherche appliquee comme le concepteur primordial de la planification du developpement en Cote d’Ivoire a la fin des annees soixante, cet article montre que la mobilisation du souvenir des discours institues en science (ou memoires epistemiques) par les chercheurs de l’ORSTOM y a joue pour beaucoup. En se reappropriant les savoirs africanistes laisses par leurs predecesseurs que leur acces privilegie a la “bibliotheque coloniale” a rendu possible, les orstomiens en poste dans la postcolonie ivoirienne ont reussi a supplanter non seulement les chercheurs etrangers (americains surtout), mais aussi les experts francais des bureaux d’etudes et cabinets prives. Le succes de ses chercheurs a rendu necessaire l’institutionnalisation des sciences humaines de l’ORSTOM en Cote d’Ivoire.

Required Publisher's Statement

This is an Author's Original Manuscript of an article whose final and definitive form, the Version of Record, has been published in the Revue Canadienne d’Etudes Africaines/Canadian Journal of African Studies (2010) © Taylor & Francis, available online at: http://www.tandfonline.com/10.1080/00083968.2010.9707558.

Share

COinS